États-Unis : le douloureux dossier des Russes adoptés - Laure Mandeville

Aller en bas

États-Unis : le douloureux dossier des Russes adoptés - Laure Mandeville Empty États-Unis : le douloureux dossier des Russes adoptés - Laure Mandeville

Message  Vivre Enrussie le Sam 26 Juin 2010 - 8:26

25/06/2010 - http://www.lefigaro.fr/international/2010/06/24/01003-20100624ARTFIG00780-etats-unis-le-douloureux-dossier-des-russes-adoptes.php

Un garçon de sept ans a été renvoyé en Russie par ses parents adoptifs américains qui n'en voulaient plus. L'épisode a horrifié le pays.

Au mois d'avril dernier, Artiem Saviliev, 7 ans, un blondinet au regard triste et perdu, atterrissait à l'aéroport de Domodedovo en provenance des États-Unis, avec une note dans sa poche. Dans cette lettre, adressée aux autorités russes, Torry Hansen, mère adoptive américaine du garçonnet, expliquait qu'elle renonçait à l'enfant en raison de son «instabilité mentale». «Il est violent et a un comportement psychopathologique grave», écrivait-elle, disant avoir été «trompée» par l'orphelinat russe où elle l'avait trouvé.

L'enfant avait été adopté six mois plus tôt et voyageait sur un visa parvenu à expiration. La grand-mère, Nancy Hansen, qui avait accompagné l'enfant jusqu'à Washington DC, a justifié la décision de sa fille en dressant un portrait effrayant de l'enfant. En dépit de son jeune âge, il frappait, crachait et menaçait son entourage, a-t-elle rapporté. Il aurait fait un dessin de la maison entourée de flammes, en précisant qu'il allait y mettre le feu pour brûler toute la famille. Celle-ci n'a pas supporté. Un «désir d'enfant» venait de se transformer en tragédie et en scandale international.

Problèmes psychiatriques
L'épisode a en effet horrifié la Russie comme l'Amérique, contribuant à tendre les relations entre les deux pays. Le président russe, Dmitri Medvedev, a qualifié le renvoi de l'enfant d'«action monstrueuse», expliquant à la chaîne américaine ABC qu'il avait des inquiétudes sur le traitement récent des orphelins russes adoptés par des familles américaines. Une quinzaine d'enfants russes ont été tués par leurs parents adoptifs depuis le début des années 1990. Dans la foulée du renvoi d'Artiom Saviliev, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé un «gel des adoptions» jusqu'à ce que les États-Unis et la Russie se mettent d'accord sur une convention bilatérale d'adoption. Le sujet devait être abordé jeudi entre Medvedev et Obama.

En Russie, la question de l'adoption d'enfants russes à l'étranger reste un sujet sensible, que le pouvoir chevauche parfois avec une certaine hypocrisie, jouant sur le registre antiaméricain qu'il affectionne pour dénoncer les «tueurs d'enfants» d'Amérique… Cette politisation du débat cache en réalité une douloureuse et complexe réalité, sur laquelle l'hebdomadaire Time a récemment enquêté. Dans le reportage saisissant réalisé par le journal, on découvre que sur les 58 000 familles ayant adopté des enfants russes, près de 4 000 ont décidé de renoncer à leurs droits parentaux en raison des problèmes psychiatriques lourds que les jeunes enfants avaient révélés.

Ces statistiques impressionnantes sont méconnues car beaucoup de parents, honteux d'avoir abandonné leurs enfants adoptifs, gardent le silence. Ces problèmes, plus fréquents chez les enfants russes - notamment parce qu'ils sont adoptés plus tardivement -, proviendraient des séquelles laissées par leur petite enfance ou leur passage par les orphelinats russes. De ce point de vue, l'arbre du drame vécu par Artiom Saviliev cache la forêt de la misère sociale profonde dans laquelle vivent des millions d'orphelins en Russie.

"registre antiamericain qu'il affectionne" ??
Laure ou Pierre (celui du minuscule aéroport) la désinformation est la même.
C’est par la voix du président américain Barack Obama que Boeing a annoncé une commande de 50 Boeing 737 de dernière génération, évalué à 3,6 milliards de dollars


Parmis les commentaires:
Claude Rougelin a écrit: Pour le cas du petit Saveliev, il faut préciser que l'adoptante était mère célibataire et tenante de 'instruction à domicile et d'un champs social restreint. Et que le petit garçon après examen approfondi de psychiatres et de la Croix-Rouge a été déclaré parfaitement sain mentalement. Quant à la France, il existe de nombreux cas chaque année d'échecs à l'adoption tant pour des gamins de l'assistance publique que pour de petits étrangers. Il faut aussi signaler qu'un enfant adopté de plus de trois ans garde souvent à sa conscience des souvenirs pénibles. Et doit faire un grand effort pour adopter une langue étrangère et des personnes qu'il percevra dans un premier temps comme des étrangers. Il est naturel qu'il exprime méfiance et frustration suite à des difficultés pour s'exprimer. Et les parents sont mal préparés et souvent "déçus" que leur enfant ne soit pas tel un nourrisson gazouillant. La lune de miel n'existe pas. Et on peut parler de adoption blues.
Le 25/06/2010 à 23:05

fredng a écrit:Sans vouloir minimiser les problèmes des orphelinats russes (ils sont réels comme en d'autres endroits), il semblerait que L. Mandeville ait fait une erreur de traduction ou une imprécision lorsqu'elle écrit : "sur les 58 000 familles ayant adopté des enfants russes, près de 4 000 ont décidé de renoncer à leurs droits parentaux". En effet, si on lit bien en début d'article du Time qu'il y a eu 58000 enfants russes adoptés en 2 décennies, le chiffre de 4000 sur deux décennies de la page 4 porte sur l'ensemble de toutes les adoptions.
Le 25/06/2010 à 23:01

Edmond a écrit: Laure de Mandeville manipule très bien non seulement la désinformation (régime de plus en plus autoritaire, dans Obama et Medvedev...) mais aussi l'hyperbole tendancieuse (la misère sociale profonde dans laquelle vivent des millions d'orphelins en Russie). Une journaliste qui se respecte aurait dû savoir qu'après l'époque eltsinienne très difficile, la tendance aujourd'hui est toute différente. Selon les dernières informations dont je dispose, rien que dans une des régions (Koursk, il me semble) plusieurs (!!!) orphelinats ont fermé leurs portes, les Russes adoptant de plus en plus. Ca c'est de l'information!
Le 25/06/2010 à 20:37

amnezia08 a écrit: ...dans laquelle vivent des millions d'orphelins en Russie.'' Combien ça représente '' des millions'' ? Je suis sur qu'il n'y en a pas plus de 1 million! J'ai envie de vomir lorsque je vois ce que ce journaliste a écrit! Quel honte!
Le 25/06/2010 à 17:57



Dernière édition par Arthur le Sam 26 Juin 2010 - 9:05, édité 2 fois

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Revenir en haut Aller en bas

États-Unis : le douloureux dossier des Russes adoptés - Laure Mandeville Empty Re: États-Unis : le douloureux dossier des Russes adoptés - Laure Mandeville

Message  Vivre Enrussie le Sam 26 Juin 2010 - 8:44

http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,1997439-4,00.html


...
There are no reliable statistics on how many Americans adopting from abroad later decide to relinquish their parental rights,
...
Read more: http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,1997439-4,00.html#ixzz0rvn1ea3x
Ronald Federici, a developmental neuropsychologist in Virginia who specializes in international adoptions, has, in 24 years of practice, witnessed 357 disruptions out of the approximately 11,000 children he's seen. A leader in the field of orphan trauma and rehabilitation — and an adoptive father of seven children from Eastern Europe and Russia — Federici estimates there have been about 4,000 disruptions or dissolutions since 1990. (He bases his tally on consultations with parent support groups, adoption agencies and social services.)


Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum