Russie : les premiers fruits d'une opposition têtue - Pierre Avril

Aller en bas

Russie : les premiers fruits d'une opposition têtue - Pierre Avril Empty Russie : les premiers fruits d'une opposition têtue - Pierre Avril

Message  Vivre Enrussie le Lun 6 Fév 2012 - 16:04

06/02/2012 - http://www.lefigaro.fr/international/2012/02/05/01003-20120205ARTFIG00256-russie-les-premiers-fruits-d-une-opposition-tetue.php

Edmond - Je vais me répeter mais ce n'est pas grave, «repetitio est mater studiorum».
L'opposition s'effrite.
Voilà le titre qui rend bien la situation surtout après l'émission de télé, hier, du journaliste Gordon. Il avait réuni autour d'une "table ronde" les orangistes genre droit-de-l'hommiste en chef, Lev Ponomarev, caissière des fonds américains O. Romanova et critique musical et jet-setteur Troitski. De l'autre côté, les atiorangistes S. Kourguinian, À. Konchalovski etc. Et, pour la première fois, les téléspectateurs ont pu se faire une idée exacte de ce que veulent les uns et les autres.
1) Kourguinian avait rendu publique son idée de recompter, avec l'opposition «farouche», tous les votes dans les bureaux de vote contestés. Il l'a proposée immédiatement après les élections mais les «orangistes frustrés» n'ont jamais (!) accepté. En effet, ils n'ont pas besoin du recomptage car cela enlèverait leur seul argument de contestation. Et M. Ponomarev, grand défenseur des droits de l'homme, n'a fait que sourire béatement sans évidemment être en mesure de donner une réponse sensée à l'idée de Kourguinian. Donc, pour ce qui est de leur revendication fantaisiste d'annuler les élections précédentes, ils repasseront.
2) Les antiorangistes avaient émis l'idée de s'entendre sur le fait qu'il est inacceptable de s'adresser à une puissance étrangère pour résoudre des problèmes intérieurs. Vous avez devine la réponse : sourires contrits.
3) Kourguinian avait demandé aux orangistes s'ils acceptaient de reconnaître les élections présidentielles si elles étaient transparentes. Seul Troitski était d'accord et encore parce qu'il n'avait pas d'autre moyen. Pour les autres, vous avez deviné, les mêmes sourires contrits, comme s'ils avaient fait dans leur pantalon.
La conclusion est simple. Le seul fait de trouver un accord sur n'importe quel point est mortel pour les orangistes, pas de contestation des résultats, donc aucune possibilité de deligitimiser le pouvoir, donc ils ne servent plus à rien.
Le mensonge a la vie dure : hier, M. Avril avait compté 120.000 orangistes, aujourd'hui ce ne sont plus que 50.000. En réalité, les manifestants orangistes et antiorangistes passaient tous par des portiques de securité, il est don très aisé d'avoir le chiffre exact à 1 manifestant près : c'est 35.000 pour les orangistes et c'est 138.000 pour les antiorangistes (40.000 pour M. Avril).
C'est avec un réel plaisir que j'ai lu l'acquis principal de la manifestation orangiste : «Nous avons triomphe des -21°». Même cela je ne peux pas le leur accorder. Ils ne sont pas les seuls, les antiorangistes ont aussi triomphé des -21°. Sur la Poklonnaya, je présume qu'il a fait encore plus froid à cause du vent.
Poutine, que je sache, n'a jamais prononcé les mots de «coalition gouvernamentale». Par contre, il avait toujours été pour que des représentants d'autres partis travaillent au gouvernement et il l'a fait sans attendre la pression de la rue.
Je souhaite bien du plaisir à notre journaliste à Moscou et j'attends avec impatience ses nouvelles «révélations factices»!

Ratgemini
Sans avoir suivi de très près chacune des séquences des démonstrations désespérées d'une opposition disparate contre le mouvement, apparemment plus soudé, de soutien à Poutine, je constate que le même scénario se reproduit quasiment à l'identique, partout dans le monde : un régime désigné comme peu fréquentable, contesté par une opposition vertueuse aspirant à la démocratie, mais sans leadership. Le copyright U.S. est bien là. Reste à prendre en faute le courant majoritaire (poutinien, en l'occurence) afin d'alerter l'opinion contre une odieuse persécution de l'opposition (c'est le travail des réseaux de la diaspora). Cela marche généralement assez bien auprès des médias occidentaux.

Pour terminer, lorsque l'on lit l'expression « hommes d'affaires », on est surpris de constater à la lecture qu'il s'agit plus vraisemblablement d'affairistes (les deux termes ne sont en principe pas synonymes).


Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum