« Les sanctions contre Poutine renforcent le nationalisme russe », par Vladimir Fédorovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Les sanctions contre Poutine renforcent le nationalisme russe », par Vladimir Fédorovski

Message  Vivre Enrussie le Jeu 31 Juil 2014 - 7:31

http://www.les-crises.fr/les-sanctions-contre-poutine-renforcent-le-nationalisme-russe/


FIGAROVOX/ENTRETIEN – L’Union européenne a décidé de nouvelles sanctions pour punir la Russie de son soutien aux séparatistes ukrainiens. Pour l’écrivain Vladimir Fédorovski, ces mesures ne font que renforcer Poutine et la haine de l’Occident.



Vladimir Fédorovski est un écrivain russe d’origine ukrainienne, actuellement le plus édité en France. Diplomate, il a joué un rôle actif dans la chute du communisme, il fut promoteur de la perestroika puis porte-parole d’un des premiers partis démocratiques russes. Il a écrit de nombreux ouvrages sur la Russie mythique, et dernièrement un essai sur Poutine intitulé Poutine, l’itinéraire secret, (Editions du Rocher, 2014). Il présente actuellement en France un spectacle de théatre total intitulé Les mystères de Saint -Petersbourg .




Figarovox: Pour la première fois depuis le début de la crise, l’Union Européenne prend des sanctions d’envergure pour punir la Russie de son soutien aux séparatistes ukrainiens: blocage des ventes d’armes, de l’accès aux marchés financiers, gels des avoirs financiers de plusieurs oligarques proches de Poutine… Ces sanctions sont-elles efficaces? Peuvent-elles faire plier Poutine?

Vladimir Fédorovski: La question des sanctions est celle de leur efficacité. Or je crois que ces sanctions n’auront pas l’effet escompté. Historiquement, j’ai été un des premiers à critiquer Poutine. Mais on est là dans l’esprit de confrontation tel que développé par Obama lors du discours de West Point où il parlait «d’isoler la Russie». Il aurait pu dire «isoler Poutine», mais en disant «isoler la Russie» il a commis une erreur. Une erreur de néophytes diplomatiques qui constitue une offense pour la Russie. La haine ne fait pas une politique.

Poutine a-t’il les moyens de mettre en place des représailles qui pourraient diviser les pays de l’UE?

Poutine va répondre, c’est évident! Aujourd’hui il a déjà commencé à bloquer l’importation de légumes d’Ukraine et de Moldavie. Les Russes vont souffrir, c’est certain, et perdent peut-être jusqu’à 20% de leur revenu.

Le pari de Washington et Bruxelles, serait d’affaiblir l’économie russe pour retourner l’opinion et les oligarques contre Poutine, et à terme, d’obtenir un changement de régime. Cela vous parait-il réalisable?

Poutine a 91% d’avis favorables pour sa politique en Ukraine. L’esprit de confrontation n’aura d’autres résultats que de renforcer Poutine. Oui, l’économie russe va souffrir, peut-être perdre 4% de croissance. Cela va casser la croissance allemande aussi et peut-être même européenne. Mais ce que les Occidentaux ne comprennent pas, c’est que les Russes ont l’habitude de souffrir. C’est un peuple triplement martyr: par les communistes (25 millions de morts), dans la guerre contre le nazisme (25 millions de morts) et la bêtise russo-occidentale de 1991-92 (1800% d’inflation, une économie démantelée).

Oui, l’économie russe va souffrir, peut-être perdre 4% de croissance. Mais ce que les Occidentaux ne comprennent pas, c’est que les Russes ont l’habitude de souffrir.

Cette volonté d’humilier la Russie ne risque-t-elle pas d’exacerber les tensions?

Les sanctions sont géopolitiquement contre-productives et moralement inacceptables. Plus l’Occident punit la Russie, plus le nationalisme russe en sort renforcé. Aujourd’hui, Poutine se retrouve piégé par la pression nationaliste, et apparait comme un modéré sur l’échiquier politique russe. L’opposition, bousillée, a été réduit à la dissidence.

L’opinion russe est-elle en train de se retourner contre l’Occident?

Les Russes sont aujourd’hui dans une mentalité post-versaillaise, comme les Allemands entre les deux guerres. Ils ont le syndrome de la citadelle assiégé, sont persuadés d’un complot occidental visant à leur nuire. Résultat: on a un retour esthétique, mental de l’URSS et de ses valeurs, qui aboutit à une négation de la réalité pro-

Les sanctions sont géopolitiquement contre-productives et moralement inacceptables.

occidentale de la classe moyenne russe qui était en train de naitre. Cela aura des répercussions en France, et pas qu’à Cannes et aux Galeries Lafayette!

Les russes sont de plus en plus antioccidentaux, et c’est une tragédie. Quand j’étais sur le char avec Elstine lors du putsh de 1991, l’opinion russe était à 90% pro-occidentale. Les Américains vivent sur l’illusion qu’ils ont gagné la Guerre Froide, mais c’est faux! C’est nous qui avons tué le communisme!

Le risque n’est-il pas, à terme de pousser la Russie dans les bras de la Chine et de l’Asie qui seront autant d’alliés et de marchés de substitution?

Bien sûr! La rupture historique avec Tchaïkovski, Dostoïevski et Tolstoï, cette Russie qui s’est construite en relation avec l’Europe, va pousser la Russie à faire une alliance économique avec la Chine , des alliances militaires avec les chiites (Iran).

La diplomatie américaine d’aujourd’hui n’est pas un chef d’œuvre de compétence. Obama a déclaré en juin que le monde n’avait jamais été aussi peu violent («The world is less violent than it has ever been»)! Un tel déni de réel, on dirait du Brejnev! Le monde n’a jamais été aussi dangereux!

Dans ce contexte international, si la Russie est repoussé dans son coin, il y aura des répercussions dans d’autres crises, notamment au Proche Orient. La Russie était un allié sûr en Orient. La vocation historique, civilisationnelle, et géopolitique de la Russie est d’être l’allié objectif de l’Occident contre l’islamisme radical.

Alors, quelle solution pour apaiser les tensions?

Je voudrais que se poursuive ce qui avait été ébauché lors de la rencontre pour la commémoration du Débarquement. «L’esprit de Normandie», cette diplomatie du dialogue qu’avait initié François Hollande était une attitude diplomatique plus intelligente que l’esprit de confrontation d’Obama.

L’urgence en Ukraine n’est pas politique, mais économique. Il faut absolument trouver 35 milliards d’euros pour sauver l’Ukraine avant l’automne où celle-ci basculera définitivement dans le chaos. Le magnat du chocolat Petro Porochenko doit trouver la force de se transformer en Nelson Mandela ukrainien pour apaiser les tensions, et permettre à nouveau aux deux Ukraine de coexister après cette guerre civile.

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum