Poutine, la Russie et les médias français : le coup de gueule de Vladimir Fédorovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Poutine, la Russie et les médias français : le coup de gueule de Vladimir Fédorovski

Message  Vivre Enrussie le Ven 9 Mai 2014 - 8:25

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/05/08/31002-20140508ARTFIG00177-poutine-la-russie-et-les-medias-francais-le-coup-de-gueule-de-vladimir-fedorovski.php

Le 2 mai dernier, des dizaines de pro-russes ont péri dans un incendie à Odessa, allumé au choix par de «jeunes supporters de foot» ou par des nationalistes ukrainiens de Pravy sektor. La télévision allemande a mené un travail d'enquête qui a révélé que certains snipers de Maïdan provenaient du camp anti-russe. Ces deux informations ont été très peu relayées en France. Pourquoi ce deux poids-deux mesures? Y-a-t-il selon vous un tropisme anti-russe dans les milieux médiatiques français?

La guerre en Ukraine est triple: par les armes, par la propagande et par les services secrets. Dans cette triple guerre les journalistes occidentaux sont instrumentalisés. Même à la fin du communisme, période que je connais très bien, les journalistes étaient plus prudents, et les informations fausses ou non vérifiées finissaient par être démasquées -on se souvient de l'affaire des charniers de Timișoara. Aujourd'hui, c'est pire que du deux poids-deux mesures, je suis ahuri par le manque de professionnalisme des journalistes, notamment français.
Les journalistes allemands et américains sont plus pointus, les Français, sont souvent politiquement correct et voient le monde en noir et blanc.
Or, comme l'a dit Hubert Védrine dans vos colonnes, «la haine ne fait pas une politique». La présentation unilatérale du massacre d'Odessa, imputé à la responsabilité russe, alors ce sont des russophones qui ont été brulés vifs, est à cet égard significative. Les journalistes ont donné les réponses avant de poser les questions, concluant à la culpabilité russe.
Il y a une propagande exagérée du côté russe aussi, évidement. Mais cela peut se comprendre: les journalistes russes vivent sous un régime autoritaire et n'ont pas vraiment le choix.
Mais en Occident, la propagande est le triomphe du politiquement correct qui prime sur l'analyse.

Comment expliquer cette diabolisation de Poutine dans certains médias occidentaux?
On ne peut m'accuser d'être complaisant avec Poutine. Je n'ai pas attendu la crise ukrainienne pour le critiquer.
Mais je suis effaré par la diabolisation qui en est faite. Quand Mme Clinton compare Vladimir Poutine à Hitler, c'est effrayant de bêtise.
Poutine défend les valeurs traditionnelles face à un Occident qui selon lui se serait «dégonflé» face à l'islamisme (pour lui l'islamisme modéré n'existe pas plus que le communisme modéré) et aurait abandonné le combat idéologique. Il se présente comme le rempart au déclin de l'Occident face à l'islam. Il incarne l'antithèse de la gauche caviar, c'est pourquoi l'élite médiatique le déteste.

Cette russophobie témoigne-t-elle d'une «arrogance occidentale» à l'égard des Russes, jugés comme des barbares soumis au despotisme oriental?
Cette russophobie de la presse est inversement proportionnelle à celle du public. Je suis bien placé pour le savoir: la Russie mythique, qui est mon fonds de commerce, a un succès fou en France. Je vends le mythe russe dans mes livres et mes spectacles, et les Français en redemandent, surtout en ce moment! Ce décalage entre la presse et l'opinion publique est dangereux, il alimente les fantasmes et la mythification de Poutine.
Les journalistes occidentaux ont tendance à confondre Poutine et la Russie éternelle. Mais je veux les rassurer: Poutine et Hollande passeront, la France et la Russie resteront.
Je mets en garde les journalistes occidentaux: à jouer le jeu- sans en être conscients sans doute- de certains services secrets, ils se font les boutefeux du conflit. Ils entretiennent un climat de guerre civile en Ukraine, qui pourrait conduire à un grand conflit généralisé. Je dis souvent pour faire peur que l'Ukraine pourrait être le Sarajevo de 2014. C'est possible.
Poutine incarne l'antithèse de la gauche caviar, c'est pourquoi l'élite médiatique le déteste.

Pensez-vous que l'attitude des Occidentaux pousse à la scission de l'Ukraine? Celle-ci vous parait-elle le seul moyen de sortir de la crise?
La sortie de crise se fera je l'espère le 6 juin prochain en Normandie, lorsque Poutine viendra en France à l'occasion de la commémoration du Débarquement. De l'autre côté, il faudrait trouver un Mandela ukrainien qui accepte d'aller au-delà du sentiment de revanche et trouve la voie du dialogue et du compromis.
Je suis contre la scission de l'Ukraine, ce serait le triomphe de l'idiotie diplomatique. Les Européens, les Russes et les Ukrainiens ont des intérêts communs.
Les Américains ont essayé d'humilier la Russie, c'était la stratégie de Brzeziński (conseiller de Carter), après la chute du communisme. Or quand vous humiliez un pays, il faut s'attendre à ce qu'il y ait un esprit de revanche et un retour de bâton autoritaire. C'est ce qui est arrivé avec l'Allemagne après le Traité de Versailles. C'est l'humiliation de la Russie dans la période post-communiste qui a conduit Poutine au pouvoir et qui guide sa politique aujourd'hui.
Depuis un ou deux ans, les Américains renouent avec cette ambition: il faut descendre Poutine. Ils veulent casser l'axe Russo-allemand naissant, notamment par le Traité transatlantique. En faisant cela, ils repoussent la Russie vers la Chine, ce qui est catastrophique pour tout le monde.
Poutine a gagné la Crimée et perdu l'Ukraine. L'Occident va gagner l'Ukraine mais perdre la Russie. Tout le monde est perdant.


Dernière édition par Vivre Enrussie le Ven 9 Mai 2014 - 8:31, édité 1 fois

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Poutine, la Russie et les médias français : le coup de gueule de Vladimir Fédorovski

Message  Vivre Enrussie le Ven 9 Mai 2014 - 8:30

Commentaires:

Clair1234
Il y a parfois un éclair de lucidité dans les médias. Cet article en est un.
Ce que j'ai remarqué et je ne suis pas le seul. C'est que les articles les moins objectifs sont principalement ceux écrit par l'AFP.
Cet officine du pouvoir ne devrait pas être diffusée sur les médias privés. Dans le cas contraire s'est assimilable à de la propagande.
Merci à Fédorovski d'avoir bien fait la différence entre l'opinion publique et les médias "Français".

Bernard Galodé
Comme souvent malheureusement , peut être un peu moins ici, les journalistes fournissent des informations anti Russie, habitué de ce manque d'honnêteté professionnelle comme tous ceux qui connaissent la Russie j'en rigole.
A croire que nous vivons sous une dictature des idées , pour ou contre , non il faudrait que ces journalistes inconséquents transmettent des faits et par leur opinion souvent toujours les mêmes que l'école des journalistes leur a donné.C'est la même chose en économie, je partage l'avis de Mr Etaya;
Le 08/05/2014 à 23:05

ironic
Kiev traite ses opposants de terroristes alors qu'on peut, malgré le parti pris de nos médias se rendre compte qu'il s'agit de toute une population sur laquelle l'Ukraine envoie ses chars!! Là aussi, ça sent bon le "soviétisme"...
Dans n'importe quelle situation ou lieu, ces attaques seraient condamnées par la communauté internationale!


Delta3112
Cette analyse est tout à fait pertinente et va dans le bon sens notamment à propos de la désinformation dont sont victimes les français de la part de leur médias et également parce-que les Russes défendent des valeurs familiales, humaines que les pays occidentaux ont perdu ! Les Russes savent où ils vont et ils ont raison. Nous nous ne le savons pas .... Enfin si, la déliquescence de certains états qui jouent les gendarmes du monde avant de balayer devant leurs portes !
Le 08/05/2014 à 20:43

Edmond
Mis à part quelques pensées mineures avec lesquelles je ne suis pas d'accord, le tout est très bien analysé.
Je recommanderai aux journalistes d'en faire un article de chevet... avant que Poutine ne vienne mettre les points sur les i en Normandie.
Si je peux me permettre une suggestion, il faudrait commencer par la tuerie d'Odessa.
Le 08/05/2014 à 20:00

Ramsaix
Enfin, des journalistes qui acceptent de recevoir une leçon d'humilité en admettant que leurs copies comportaient, sciemment ou non, des erreurs d'appréciation, voire une méconnaissance totale du sujet traité.
Le 08/05/2014 à 19:16

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum