Retour à la case enfer pour la littérature russe - Andre Cla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Retour à la case enfer pour la littérature russe - Andre Clavel

Message  Vivre Enrussie le Mar 12 Jan 2010 - 9:36

11/01/10 - www.lexpress.fr/culture/livre/retour-a-la-case-enfer-pour-la-litterature-russe_841277.html

Extraits:
Tiraillée entre une tradition légendaire et un présent sans perspectives, la littérature russe implose.

...
Aujourd'hui, elle doit affronter les démons d'une société phagocytée par un pouvoir cynique,
...
La Toile a remplacé le samizdat.
Si leur liberté est maintenant totale
...
Résultat, la littérature russe est la proie d'une réalité économique chaotique et, en même temps, elle semble condamnée à régresser vers une sorte de degré zéro, afin de se reconstruire. Une reconstruction d'autant plus douloureuse qu'elle se fait sur les ruines d'une nation tour à tour vampirisée par l'hydre bolchevique et par les nouveaux satrapes du Kremlin.
...
Sinistrose à tous les étages, comme l'annonce un jeune auteur à la plume incendiaire - Alexandre Ikonnikov - dans un recueil au titre emblématique, Dernières nouvelles du bourbier, où il dissèque les maux d'un pays sans projets, sans lendemains, qui fut le dépotoir de la terreur avant de devenir une nécropole remplie d'âmes mortes.
...
Mafieux et dealers, soudards et soûlards, enfants du chaos, tels sont les personnages favoris de la littérature russe, sorte de bateau ivre dérivant sur un océan de vodka frelatée. Elle coule à flots - de La Soif, d'Andreï Guelassimov au Troisième souffle de Valéri Popov - en emportant dans son déluge les idéaux d'une humanité humiliée qui sera brutalement passée de "l'archipel du goulag" à "l'archipel du goulot", avant de se réveiller avec une terrible gueule de bois.
...
"L'ours russe se prépare à un hiver métaphysique", prophétise Sorokine. Et il ajoute : "Si la Russie était coupée du monde, ce dont on rêve au Kremlin, elle plongerait immédiatement dans le XVIe siècle d'Ivan le Terrible."
...
Leurs pairs livrent le même combat - perdu d'avance ? - en souscrivant à ces mots d'Edouard Limonov, l'enfant terrible de l'ère Eltsine : "Notre société ne peut rien proposer à notre jeunesse, excepté les sinistres professions de flic et de soldat, l'ivrognerie débridée ou la vie lugubre des prisons."
Et Zakhar Prilepine lui répond : "En Russie, il reste peu de choses en lesquelles nous pouvons croire. Ce pays se nourrit des âmes de ses fils, et c'est cela qui le fait vivre. Ce ne sont pas les saints, ce sont les maudits qui le font vivre."
...
Triste bilan. Sombre perspective. Dans cette odyssée collective vers les ténèbres, on aurait bien de la peine à trouver des plumes qui s'aventurent encore sur la voie du rêve et du merveilleux - à part celle de la lumineuse Ludmila Oulitskaïa - afin d'aller réchauffer la vieille âme russe dans la datcha où elle s'est exilée, oubliée de tous. Cette âme-là, depuis Dostoïevski, a toujours aimé la souffrance et c'est pour cela qu'elle est attachante : mais le froid, aujourd'hui, est si glacial, si redoutable qu'il risque bien de la fendre à tout jamais.

Clavel? C'est le negre de Glucksmann??

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

faux

Message  Invité le Mar 12 Jan 2010 - 10:08

la russie est l pays ou il se vend le plus de livres par habitants...;

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la case enfer pour la littérature russe - Andre Cla

Message  Invité le Mar 12 Jan 2010 - 15:42

Encore un article pondu par un "intellectuel"de gauche,qui n'a sans doute jamais mis les pieds dans la Patrie de Poushkine,Boulgakov ou
Pasternak...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la case enfer pour la littérature russe - Andre Cla

Message  Alexandre LATSA le Mar 12 Jan 2010 - 20:42

Arthur a écrit:11/01/10 - www.lexpress.fr/culture/livre/retour-a-la-case-enfer-pour-la-litterature-russe_841277.html

Extraits:
Tiraillée entre une tradition légendaire et un présent sans perspectives, la littérature russe implose.

...
Aujourd'hui, elle doit affronter les démons d'une société phagocytée par un pouvoir cynique,
...
La Toile a remplacé le samizdat.
Si leur liberté est maintenant totale
...
Résultat, la littérature russe est la proie d'une réalité économique chaotique et, en même temps, elle semble condamnée à régresser vers une sorte de degré zéro, afin de se reconstruire. Une reconstruction d'autant plus douloureuse qu'elle se fait sur les ruines d'une nation tour à tour vampirisée par l'hydre bolchevique et par les nouveaux satrapes du Kremlin.
...
Sinistrose à tous les étages, comme l'annonce un jeune auteur à la plume incendiaire - Alexandre Ikonnikov - dans un recueil au titre emblématique, Dernières nouvelles du bourbier, où il dissèque les maux d'un pays sans projets, sans lendemains, qui fut le dépotoir de la terreur avant de devenir une nécropole remplie d'âmes mortes.
...
Mafieux et dealers, soudards et soûlards, enfants du chaos, tels sont les personnages favoris de la littérature russe, sorte de bateau ivre dérivant sur un océan de vodka frelatée. Elle coule à flots - de La Soif, d'Andreï Guelassimov au Troisième souffle de Valéri Popov - en emportant dans son déluge les idéaux d'une humanité humiliée qui sera brutalement passée de "l'archipel du goulag" à "l'archipel du goulot", avant de se réveiller avec une terrible gueule de bois.
...
"L'ours russe se prépare à un hiver métaphysique", prophétise Sorokine. Et il ajoute : "Si la Russie était coupée du monde, ce dont on rêve au Kremlin, elle plongerait immédiatement dans le XVIe siècle d'Ivan le Terrible."
...
Leurs pairs livrent le même combat - perdu d'avance ? - en souscrivant à ces mots d'Edouard Limonov, l'enfant terrible de l'ère Eltsine : "Notre société ne peut rien proposer à notre jeunesse, excepté les sinistres professions de flic et de soldat, l'ivrognerie débridée ou la vie lugubre des prisons."
Et Zakhar Prilepine lui répond : "En Russie, il reste peu de choses en lesquelles nous pouvons croire. Ce pays se nourrit des âmes de ses fils, et c'est cela qui le fait vivre. Ce ne sont pas les saints, ce sont les maudits qui le font vivre."
...
Triste bilan. Sombre perspective. Dans cette odyssée collective vers les ténèbres, on aurait bien de la peine à trouver des plumes qui s'aventurent encore sur la voie du rêve et du merveilleux - à part celle de la lumineuse Ludmila Oulitskaïa - afin d'aller réchauffer la vieille âme russe dans la datcha où elle s'est exilée, oubliée de tous. Cette âme-là, depuis Dostoïevski, a toujours aimé la souffrance et c'est pour cela qu'elle est attachante : mais le froid, aujourd'hui, est si glacial, si redoutable qu'il risque bien de la fendre à tout jamais.

Clavel? C'est le negre de Glucksmann??

Alors que vient de passer la "loi" permettant l'édition à compte d'auteur en Russie (il y a quelques mois) il faut que je retrouve le texte ...
N'importe quoi Wink

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la case enfer pour la littérature russe - Andre Cla

Message  Alexandre LATSA le Mar 12 Jan 2010 - 20:49

Arthur a écrit:11/01/10 - www.lexpress.fr/culture/livre/retour-a-la-case-enfer-pour-la-litterature-russe_841277.html

Extraits:
Tiraillée entre une tradition légendaire et un présent sans perspectives, la littérature russe implose.

...
Aujourd'hui, elle doit affronter les démons d'une société phagocytée par un pouvoir cynique,
...
La Toile a remplacé le samizdat.
Si leur liberté est maintenant totale
...
Résultat, la littérature russe est la proie d'une réalité économique chaotique et, en même temps, elle semble condamnée à régresser vers une sorte de degré zéro, afin de se reconstruire. Une reconstruction d'autant plus douloureuse qu'elle se fait sur les ruines d'une nation tour à tour vampirisée par l'hydre bolchevique et par les nouveaux satrapes du Kremlin.
...
Sinistrose à tous les étages, comme l'annonce un jeune auteur à la plume incendiaire - Alexandre Ikonnikov - dans un recueil au titre emblématique, Dernières nouvelles du bourbier, où il dissèque les maux d'un pays sans projets, sans lendemains, qui fut le dépotoir de la terreur avant de devenir une nécropole remplie d'âmes mortes.
...
Mafieux et dealers, soudards et soûlards, enfants du chaos, tels sont les personnages favoris de la littérature russe, sorte de bateau ivre dérivant sur un océan de vodka frelatée. Elle coule à flots - de La Soif, d'Andreï Guelassimov au Troisième souffle de Valéri Popov - en emportant dans son déluge les idéaux d'une humanité humiliée qui sera brutalement passée de "l'archipel du goulag" à "l'archipel du goulot", avant de se réveiller avec une terrible gueule de bois.
...
"L'ours russe se prépare à un hiver métaphysique", prophétise Sorokine. Et il ajoute : "Si la Russie était coupée du monde, ce dont on rêve au Kremlin, elle plongerait immédiatement dans le XVIe siècle d'Ivan le Terrible."
...
Leurs pairs livrent le même combat - perdu d'avance ? - en souscrivant à ces mots d'Edouard Limonov, l'enfant terrible de l'ère Eltsine : "Notre société ne peut rien proposer à notre jeunesse, excepté les sinistres professions de flic et de soldat, l'ivrognerie débridée ou la vie lugubre des prisons."
Et Zakhar Prilepine lui répond : "En Russie, il reste peu de choses en lesquelles nous pouvons croire. Ce pays se nourrit des âmes de ses fils, et c'est cela qui le fait vivre. Ce ne sont pas les saints, ce sont les maudits qui le font vivre."
...
Triste bilan. Sombre perspective. Dans cette odyssée collective vers les ténèbres, on aurait bien de la peine à trouver des plumes qui s'aventurent encore sur la voie du rêve et du merveilleux - à part celle de la lumineuse Ludmila Oulitskaïa - afin d'aller réchauffer la vieille âme russe dans la datcha où elle s'est exilée, oubliée de tous. Cette âme-là, depuis Dostoïevski, a toujours aimé la souffrance et c'est pour cela qu'elle est attachante : mais le froid, aujourd'hui, est si glacial, si redoutable qu'il risque bien de la fendre à tout jamais.

Clavel? C'est le negre de Glucksmann??

En souscrivant à ces mots d'Edouard Limonov ... Et Zakhar Prilepine lui répond ...

Curieux cette passion des journalistes francais pour les Nazbols que presque personne ne lit en Russie.

Peut être parce que :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zakhar_Prilepine
vPrilepine est l’un des dirigeants de l’antenne régionale du Parti National-Bolchevik de Nijni Novgorod et prend part à de nombreuses actions. Il a notamment participé à la Marche des Mécontents qui a eu lieu le 24 mars 2007 à Nijni Novgorod, ce qui lui a valu d’être arrêté comme de nombreux activistes de la coalition L'Autre Russie.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Limonov
écrivain politique franco-russe et dissident politique.... L'alliance conclue par Limonov avec le Front civique unifié qui regroupe nombre de militants pro-occidentaux ou libéraux.... Le 31 mai 2009, il est de nouveau arrêté avec des membres de son parti, ainsi que d'autres opposants à Poutine lors d'une manifestation non-autorisée.

(notez le "non" autorisé Wink

**

Néanmoins je vais lire prochainement les ouvrages de Prilepine et vous donner mon opinion à ce sujet.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la case enfer pour la littérature russe - Andre Cla

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:44


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum