Dans l’est rebelle de l’Ukraine, on mange russe en raison du «blocus» de Kiev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans l’est rebelle de l’Ukraine, on mange russe en raison du «blocus» de Kiev

Message  Vivre Enrussie le Lun 15 Juin 2015 - 23:53

Dans l’est rebelle de l’Ukraine, on mange russe en raison du «blocus» de Kiev
http://www.lesoir.be/907053/article/actualite/monde/2015-06-14/dans-l-est-rebelle-l-ukraine-on-mange-russe-en-raison-du-blocus-kiev

Sur les étalages des supermarchés à Donetsk, les produits ukrainiens ont été remplacés par des produits russes. Dans les rues, le rouble est devenu presque aussi courant que la hryvnia ukrainienne. En raison du « blocus » imposé par Kiev, l’est rebelle de l’Ukraine se rapproche encore davantage de la Russie.

En début d’année, les autorités ukrainiennes ont mis en place un système de laissez-passer, autrement dit de contrôle des entrées et des sorties à la limite des zones rebelles.

Cette mesure, qui s’est ajoutée à une précédente décision en novembre de cesser de financer ces régions et de ne plus y payer les retraites et allocations, a encore davantage isolé l’Est séparatiste.

L’obtention du précieux laissez-passer est difficile, l’attente aux postes de contrôle est longue. Et lorsque les combats se rapprochent, le passage est tout bonnement interdit.

Peu après l’entrée en vigueur de ce système, Nikolaï, un commerçant de Donetsk, a perdu toute une cargaison de biens alimentaires, ses voitures étant restées bloquées au check-point pendant deux semaines.

« Les produits se sont périmés. Ensuite, on s’est mis d’accord avec les militaires à Kourakhové (à environ 40 kilomètres de Donetsk, ndlr) pour payer 5.000 hryvnias (environ 210 euros) par voiture » pour qu’ils les laissent passer, raconte cet homme de 45 ans.

Désormais il se tourne surtout vers la Russie pour approvisionner son magasin.

Les supermarchés ukrainiens fermés
En raison de ces difficultés de livraison, 53 supermarchés de la chaîne « Brousnitchka », appartenant à la holding de l’homme le plus riche d’Ukraine, l’oligarque lui-même originaire de Donetsk Rinat Akhmetov, ont fermé en république autoproclamée de Donetsk (DNR) cette année.

Selon une source proche de la société, des pressions ont également été exercées à la fois côté rebelle, afin d’obtenir le versement d’impôts, et côté ukrainien.

« La chaîne Brousnitchka n’était pas enregistrée en DNR, et cela a soulevé des questions du côté des hommes armés. Parallèlement, les (services de sécurité ukrainiens) SBU ne l’ont pas inscrite dans la liste des compagnies pouvant livrer des marchandises en DNR », a déclaré cette source.

« Les camionnettes contenant les produits restaient bloquées », a-t-elle résumé.

Le géant de la distribution Auchan a aussi mis la clé sous la porte à Donetsk. Son magasin a été repris en main par le groupe local Sigma, contrôlé par les rebelles. Et les produits venus d’Ukraine et de l’étranger ont été remplacés par des marchandises russes.

Des produits chers et de mauvaise qualité
Mais ces marchandises sont décriées. « Les produits russes sont beaucoup plus chers et de moins bonne qualité que ceux ukrainiens », explique un commerçant de Donetsk, Sergueï, 45 ans.

« Je ne peux pas faire passer ma voiture avec des produits, même en payant des pots-de-vin. C’est pourquoi, je suis obligé d’aller chercher les produits en Russie », déplore-t-il, ajoutant se tourner de plus en plus vers des biens « bélarusses, peu chers et accessibles » là-bas aussi.

« On nous livre les plus mauvais produits de Russie. (…) Et en même temps, les prix ont été multipliés par trois », déplore également Tatiana, une habitante de Donetsk de 30 ans.

« J’ai presque arrêté d’acheter de la viande et du poisson, on en trouve peu dans les magasins et c’est très cher », renchérit une autre consommatrice, Victoria, 48 ans.

Outre les biens à la consommation, la présence russe s’est également intensifiée depuis le déclenchement du conflit, qui a fait plus de 6.400 morts, avec la circulation de plus en plus courante du rouble.

Les autorités de la DNR ont officiellement autorisé un système à plusieurs devises, après l’instauration du « blocus » de Kiev.

« L’Ukraine nous y a poussés. Actuellement, il y a beaucoup de roubles dans la DNR car de nombreux achats et livraisons ont été réorientés vers le marché russe », a déclaré à l’AFP Andreï Pourguine, le président du « parlement » de la DNR.

Les salaires des combattants rebelles sont également payés en roubles, favorisant l’afflux de cette devise dans la « république ».

Signe du flou monétaire néanmoins dans la zone, les autorités ont aussi récemment, et pour la première fois, payé les retraites de plusieurs habitants… en dollars.

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum