Matzneff : vive la Russie, Messieurs !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Matzneff : vive la Russie, Messieurs !

Message  Vivre Enrussie le Ven 28 Fév 2014 - 8:23

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/gabriel-matzneff/matzneff-vive-la-russie-messieurs-25-02-2014-1795544_1885.php

Ce fut de Kiev que le prince Vladimir de Russie - le futur saint Vladimir - envoya ses ambassadeurs à Constantinople, voyage déterminant qui eut pour conséquence le baptême du païen peuple russe. Ce fut de Kiev que la princesse Anne de Russie partit pour Reims, où elle épousa le roi Henri Ier de France. Kiev est le berceau de la Russie, comme le Kosovo est celui de la Serbie, Soissons, où fut couronné Pépin le Bref et dont Clovis fit sa première capitale, celui de la France.

L'Ukraine est aujourd'hui indépendante, le Kosovo l'est également, et il faudra que je vérifie si, à Soissons, à l'occasion des prochaines élections municipales, n'existe pas un candidat à la mairie qui prône l'indépendance du Soissonnais. Vladimir le Grand, Clovis, ce sont de vieilles histoires qui n'intéressent personne, me dira-t-on, et lorsque j'observe dans la presse écrite ou parlée l'incroyable inculture historique des commentateurs de la vie politique européenne, je crois volontiers à la véracité de cette assertion.

Je suis un homme heureux, un écrivain heureux. Il n'y a que dans le domaine politique que je souffre d'un véritable désespoir. Une sorte de tristesse civique. Qu'il s'agisse de la Terre sainte, de l'Irak, de l'Afghanistan, de la Serbie, de la Libye, de la Syrie, de la Géorgie, de l'Ukraine (pour ne prendre que des exemples récents, ne pas remonter à Mathusalem), j'ai le sentiment de défendre des causes que, parmi mes compatriotes, personne ne défend ; d'écrire et de penser exactement le contraire de ce qu'écrivent et pensent les autres ; d'être encore et toujours à contre-courant. Un chevalier des causes perdues, inutile et scandaleux.

Désespoir civique

Un désespoir civique, une souffrance morale. Ces jours derniers, passant boulevard Saint-Germain devant les kiosques à journaux, je baissais les yeux pour ne pas lire les titres qui me révulsaient, ces cinq colonnes à la une opposant les Ukrainiens pro-européens aux Ukrainiens pro-russes, célébrant la "victoire de l'Europe contre la Russie".

En ce moment, je ne puis ni lire les journaux, ni écouter la radio, ni regarder la télévision, car cette formule indécente, ignoble, est partout ; elle est l'unique son de cloche que font entendre nos médias. J'ignore si les événements ukrainiens de ces derniers jours sont une défaite pour la Russie. Ce dont, en revanche, je suis certain est qu'ils ne sont pas une victoire pour l'Europe. Si victoire il y a, c'est celle des États-Unis qui ont injecté des millions de dollars pour arriver à ce résultat, et je suis prêt à parier que si un jour l'Ukraine intègre l'Union européenne elle demandera aussitôt à faire partie de l'Otan, cet instrument de l'impérialisme américain sur notre vieux continent. Les amis de Mme Timochenko, que l'aveugle presse française baptise "pro-européens", se fichent de l'Europe comme d'une guigne. Ce qu'ils veulent, c'est l'argent américain, le style de vie américain, les lance-missiles américains.

Que les États-Unis se battent avec cynisme pour ce qu'à tort ou à raison ils considèrent être la défense de leurs intérêts, c'est déplaisant, mais naturel. En revanche, cette Union européenne de Bruxelles disciplinée servante des intérêts américains, cette France qui, après avoir trahi l'amitié franco-serbe, trahit l'amitié franco-russe, pourtant si nécessaire à l'équilibre européen, quelle pitoyable dégringolade ! Quelle erreur !

"Nous autres, bon Européens"

Opposer l'Europe à la Russie, que des raclures d'encrier incultes le fassent, passe encore, mais des lettrés, des philosophes, c'est dramatique. Certes, la Russie n'appartient pas à l'Union européenne qui siège à Bruxelles, mais elle appartient à l'Europe de Dante et de Tolstoï, de Voltaire et de Dostoïevski, de Thomas Mann et de Berdiaev, de Ronsard et d'Akhmatova, c'est-à-dire à la seule Europe qui importe à "nous autres, bons Européens" (Nietzsche), l'unique Europe dont nous nous sentions les héritiers et qui ait sa place dans nos coeurs.

Il y a une belle page d'Unamuno où il montre que la Russie et l'Espagne se ressemblent extraordinairement, l'une européenne et asiatique, l'autre européenne et africaine. Cette richesse supplémentaire, exotique, n'empêche pas l'Espagne et la Russie d'être de grandes et vieilles nations européennes. De même que l'Église d'Orient et l'Église d'Occident sont, selon la célèbre formule, les deux poumons du christianisme, de même la Russie et l'Europe de l'Ouest sont les deux faces d'une médaille unique. Aussi, la manière dont l'Élysée et le Quai d'Orsay traitent les Russes comme s'il s'agissait d'un peuple ennemi, et prennent systématiquement le parti de Washington contre celui de Moscou, est honteuse, comme est honteuse la façon dont les professionnels de la défense des droits de l'homme feignent d'oublier que la Russie a subi un régime dictatorial qui, pendant soixante-dix ans, s'est férocement appliqué à détruire ses racines spirituelles, à le lobotomiser ; qu'après les souffrances que le peuple russe a subies, il a plus que jamais besoin de l'amitié et du soutien de ses alliés traditionnels, au premier rang desquels figure la France.

Nausée

Le pouvoir soviétique tenta de décerveler la Russie par la terreur, la persécution, les camps de la mort, les asiles de fous, l'éradication de toutes les familles artistiques, intellectuelles. Durant soixante-dix ans, les marxistes-léninistes furent les seuls qui eurent, en Russie, le droit de s'exprimer. Vous rendez-vous compte ? Soixante-dix ans ! Au siècle dernier, en Allemagne aussi, un régime réprima sauvagement les libertés publiques, seuls les nazis avaient droit à la parole, mais du moins ledit régime ne dura-t-il que dix ans. Aujourd'hui, la Russie ressuscite lentement, elle réapprend la liberté, les croyants et les athées sont les uns et les autres présents dans la presse écrite et parlée, les salles de conférences, les maisons d'édition, les librairies. Aujourd'hui, les Russes s'expriment, ils voyagent, et il faut être un imbécile, ou un aveugle, ou d'une extraordinaire mauvaise foi pour nier qu'en comparaison de celle de Brejnev la Russie de Poutine est un paradis démocratique. Pour ma part, sans hésiter, je penche pour la mauvaise foi.

J'en veux pour preuve l'émotion que suscite la loi russe sur l'interdiction de louanger l'homosexualité en présence de mineurs. Tout esprit libre juge une pareille loi ridicule, voire déplorable, mais quand je compare le ramdam qu'elle suscite dans notre intelligentsia à l'indifférence et au silence avec lesquels celle-ci accueillit, lorsque Brejnev était au pouvoir, l'internement en 1971 dans un asile de fous de mon ami le peintre Yuri Titov, dont le seul crime était de peindre des églises en flammes, des christs en croix, et, en 1972, la mort en camp de concentration du jeune poète Youri Galanskov, il y a là un deux poids-deux mesures qui donne la nausée.

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum