Le Courrier de Russie - 18 juin 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Courrier de Russie - 18 juin 2009

Message  Vivre Enrussie le Ven 19 Juin 2009 - 6:44

Le 18 juin le Courrier de Russie lance une nouvelle version de son journal avec une partie en Russe.

A noter dans ce numéro (148) du 18 juin au 5 juillet 2009, la lettre des fondateurs:
"Jean qui rit, Jean qui pleure"

Extraits:
...Quinze ans après, nous sommes toujours là et, quand nous nous rendons en France pour revoir famille et amis, on nous regarde comme des Russes. Malheureusement, même en ignorant les questions stupides sur le temps qu'il fait a Moscou ou le rationnement dans les magasins, nous constatons que nous faisons figure de zombis. et il n'est pas difficile de comprendre pourquoi. Pas un journal, pas une chronique, pas un magazine, pas une émission de télévision en France qui ne parle de la Russie sans souligner atteintes aux droits de l'homme, misère de la population ou argent trop facile et viols, meurtres et pillages en tous genres.

Pour beaucoup de Français qui n'ont jamais quitté le royaume des droits de l'homme, nous sommes des morts-vivants. Bien sur, comme tous les Moscovites, étrangers ou russes, nous avons connus des moments difficiles ou rien n'est simple. Pire, nous sentons souvent que nous sommes et resterons toujours des étrangers. Paradoxalement, après quelques années, nous nous sentons également étrangers à la France. et le passage occasionnel à Moscou de quelque ministre ou députés français venant tantôt nous admonester a propos du retard de la France (comme si les parts de marche étaient de droits), tantôt nous fustiger au motif que le pays dans lequel nous disons avoir plaisir a travailler est peu soucieux des droits de l'Homme - n'arrange rien.
...

Nouveaux croisés de la religion de la pensée unique, délaissant le stylo pour l'écriteau, les journalistes jugent plus qu'ils n'informent. Ils critiquent les Chinois et sacralisent la Place Tian An Men, mais sont muets quand les policiers français investissent des banlieues qui s'enflamment faute d'espoir. Ils critiquent la Russie sur la Tchétchénie, mais restent très conventionnels sur la Corse ou les Antilles.

Ayant perdu tout indépendance d'esprit, muselés par leur rédaction, les journalistes se sont laisses aller au sensationnel.
Droits de l'homme, corruption, oligarques. Il est toujours plus facile de parler de Mikhail Prokhorov et de sa horde d'amazones a Courchevel que du Patriarche ou de Svetlana Linnik, chevalier de l'ordre de "la Vénérable Euphrosyne de Moscou".

Alors ce journal pour témoigner, en français et maintenant en russe, pour faire un rond dans l'eau se perdant d'une rive a l'autre de l'océan d'ignorance qui sépare la France et la Russie, pour faire aussi bien que bécasseaux, pluviers et autres bernaches qui, selon les saisons, prennent naturellement ce qui est bon ici ou la, sans se demander s'ils sont de Sibérie ou de Normandie.


Emmanuel Quidet, Jean-Luc Pipon, Philippe Pele-Clamour.


Dernière édition par Vivre Enrussie le Mer 20 Mai 2015 - 20:45, édité 3 fois

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Courrier de Russie - 18 juin 2009

Message  Vivre Enrussie le Jeu 10 Mai 2012 - 12:17

http://www.lecourrierderussie.com/2012/04/26/pere-basile-venu-orthodoxe-accomplir/
P.B. : Ils n’ont aucune mesure (rires) ! Ils ne savent pas s’arrêter. En même temps, les qualités, les défauts, vous savez… Si ça se trouve, ça n’en est pas un. Toute la publicité faite en France contre la Russie m’horripile. C’est mensonger – et surtout, en quoi est-ce que ça les regarde ?


http://www.lecourrierderussie.com/2012/04/11/bruno-kerrien-touche-russie-politiquement/
B.K. : Je ne vais pas non plus vous dire que le climat me ravit, après toutes ces années. Mais j’en ai marre de ces clichés qu’on véhicule en France et dans les médias sur la Russie. C’est affligeant ce qu’on entend. Bernard-Henri Lévy qui compare la Russie avec la Corée du Nord, c’est scandaleux et les gens finissent par le croire ! Dans mon village en Bretagne, il y en a qui pensent encore que je fais la queue par -25°C pendant quatre heures pour acheter de la viande. Et ça va durer !

Schroeder dit : 16 avril 2012 à 13:19
Cela fait chaud au coeur de constater l’attachement de nombreux Français à la Russie, parce qu’ils y ont vécu ; ce qu’on lit dans la presse occidentale relève de l’intox pur et simple ; luttant contre la tendance à voir des complots partout, je ne peux m’empêcher de penser que ce regard hostile porté sur la Russie , pratiquement systématique quel que soit le sujet traité, relève du simple hasard. Certains ont intérêt, semble-t-il, à entretenir la prolongation de la guerre froide.

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dieu, à quoi joue-t-il ? - Inna Doulkina

Message  Vivre Enrussie le Mer 17 Oct 2012 - 20:17

http://www.lecourrierderussie.com/2012/10/16/dieu-a-quoi-joue-t-il/#.UH7ZGm_A_Wg

Il suffit de parcourir quelques grands titres de la presse française pour s’en convaincre : il ne fait pas bon vivre en Russie. Emplis de mauvais soupçons, les Français qui se décident pourtant à la visiter sont souvent, une fois sur place, agréablement surpris. Au lieu d’un goulag géant, ils découvrent une sensation de liberté inouïe. Soudain, tout devient possible. La vie commence à vous obéir comme une voiture qui suit sagement les impulsions de votre volant. Mais le code de la route qu’on a appris perd sa valeur, on se retrouve sur une zone où il n’y a nulle règle établie mais des énigmes qu’il faut à chaque fois déchiffrer.

Si la vie en Europe ressemble dans ses grandes lignes à un voyage sur une autoroute, la vie en Russie serait la traversée d’une forêt enchantée où chaque tournant est une rencontre. À vous d’être perspicace, de savoir discerner la sorcière sous le masque d’une jeune beauté et apercevoir la princesse dans une grenouille. À vous d’accepter de perdre un cheval pour sauver une vie, de savoir attraper votre oiseau de feu et de persuader le loup gris de vous épargner. La Russie a ceci de bon que le Mal, sur ses terres, tel une bête sauvage, est visible et ne dissimule pas ses intentions à votre égard. Mieux, il est généralement possible de trouver avec lui un accord. Bref, la vie en Russie est un jeu sans règles, une mise à l’épreuve permanente où ce qui est en jeu n’est pas votre bien-être mais votre âme.

Débarqués dans ce chaos magique, les Français, charmés, ont souvent l’impression d’avoir été bernés. Tout ce que leur presse raconte sur la Russie, ce ne seraient donc que des bobards ? Ils nous ont promis le ciel de plomb, les yeux éteints et la terreur qui plane. Et au lieu de tout cela – une vie qui bouillonne et des merveilles chaque jour. Le monde alentour paraît plus contrasté, plus net, plus réel. On n’est plus dans un film sur sa vie, on est enfin dans la vie elle-même. Et dans cette ivresse qui vous fait tourner la tête, il faut pourtant continuer de lire que « l’étau se resserre en Russie autour de la société civile »… Les lecteurs les plus indignés lancent des campagnes de « réhabilitation » de la Russie mais, souvent, on ne les prend pas au sérieux parce qu’on se fie plus facilement aux critiques qu’aux éloges, parce que Le Monde a plus de poids qu’un blog indépendant et, surtout, parce que dans la présentation des faits, les médias français sont généralement justes. C’est sur le ton et le contexte qu’ils se trompent. Ainsi, il est légitime de rapporter1 – comme Le Monde le fait – que les Jeunes Gardes ont, le jour de l’anniversaire de Poutine, organisé une série de manifestations. En revanche, affirmer que ces festivités étaient dignes de la Corée du Nord est une hyperbole, cette figure rhétorique qui consiste à employer des expressions excessives destinées à traduire une image et frapper les esprits.

Une figure de style qui a toute sa place dans un roman est probablement malvenue dans un article censément objectif. Parce que si on voulait réellement l’être, objectif, il faudrait dire aussi que les manifestations pro-poutiniennes concernaient avant tout ceux qui y participaient, que l’on n’en a pas vu sur la place Rouge ni sur les grands boulevards, que parallèlement à ces festivités, les médias russes ont sorti une cinquantaine d’articles fustigeant Poutine et son régime, et que, pour l’immense majorité des Russes, les soixante ans du président ont été une simple nouvelle, parmi d’autres, entendue au 20h. Pas de larmes de bonheur ni de coussins brodés envoyés comme cadeaux d’anniversaire. Du coup, la comparaison de la Russie avec la Corée du Nord paraît excessive. Mais elle n’est pas anodine – parce qu’elle provoque chez les lecteurs toute une série d’associations réjouissantes : famine, tortures, camps de concentration et autres images qui ont peu à voir avec la Russie d’aujourd’hui. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres mais c’est à peu près de cette façon, à coups de métaphores habiles, que se crée dans les esprits l’image faussée d’un pays.

Le drame de la Russie et de sa perception par les Occidentaux tient à ce que tout le monde voudrait voir en elle une autoroute lisse et bien réglée, et lui reproche sans répit de ne pas l’être. Pas de plan précis mais un fourré aux sentiers tordus. Pas de commissariat de police mais un bouge au fin fond de la forêt, à la frontière entre la vie et la mort, où des brigands vous proposent la mort ou un jeu de cartes. Dieu ne joue pas aux dés mais qui a dit qu’il boudait d’autres jeux pour autant ?

1 « Un anniversaire à la nord-coréenne pour Poutine », Le Monde, 07.10.2012

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Courrier de Russie - 18 juin 2009

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum