anipassion.com

"Les correspondants français s’expliquent"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Les correspondants français s’expliquent"

Message  Vivre Enrussie le Mar 14 Avr 2009 - 18:13

Le Courrier de Russie donne la parole a des journalistes francais:
Fevrier 2009:
http://www.lecourrierderussie.ru/fr/magazine/?artId=4151
À Moscou, nombreux sont ceux qui reprochent aux correspondants français un traitement déséquilibré de I’actualité russe. Ce à quoi nous répondons souvent que les media s’intéressent d’abord aux trains qui n’arrivent pas à I’heure. En Russie, ils ont même une fâcheuse tendance à dérailler. Interview croisée de deux correspondants français en Russie : Lorraine Millot, de Libération, et Fabrice Nodé-Langlois, du Figaro.

Le Courrier de Russie : Comment réagissez-vous à I'assassinat de Stanislav Markelov et d’Anastassia Babourova ?

Lorraine Millot : Les mots me manquent. On assassine les défenseurs des droits de l'homme, de même que Ton assassine des immigrés tadjiks ou ouzbeks presque tous les jours à Moscou. Et le pouvoir ne dit rien. Mais ce n'est pas une surprise. Depuis Beslan, on sait ce que valent les vies humaines pour le régime actuel.

Fabrice Nodé-Langlois : Je suis humain. Le fait que ce soit arrivé en plein jour, en plein Moscou, dans un endroit que je connais... ce n’est peutêtre pas objectif, mais oui, cela me choque. On a du mal à s’habituer à la violence, on ne s’attend jamais à ce genre de choses. Le silence des autorités est également choquant à mes yeux d’Occidental. Avec les discours de Dmitri Medvedev, un juriste, sur la lutte contre ce qu’il appelle le « nihilisme légal », on aurait pu espérer une réaction de sa part, ne seraitce que pour dire qu’il était consterné par I'assassinat d’un avocat. Eh bien non, rien ! Silence radio.

LCDR : Quelles sont les critiques les plus fréquentes que vous adressent vos lecteurs ?

L.M. : À propos de la Russie, il semble que, quoi que l'on écrive, on suscite un flot de réactions totalement stéréo-typées, qui confondent Poutine et Russie et nous reprochent de ne rien comprendre à ce pays, de ne pas l'aimer, de ne pas le respecter, d'être mal intentionnés, incompétents et bornés, ou encore vendus à des services étrangers. L’argument suprême : ce que font la France ou les Etats-Unis n'est pas mieux. Il est désolant de constater que beaucoup de gens en France sont sincèrement convaincus que Poutine vaut bien Sarkozy.

F.N-L. : Nous sommes perçus comme une bande d’horribles anti-poutinistes primaires obsédés par la Tchétchénie. D’ailleurs, on nous met souvent dans le même panier, que l’on soit à Paris ou sur place, et quel que soit le medium pour lequel on travaille. De nombreux com-mentaires sur mon blog1 disent : « Mais enfin, balayez devant votre porte ! » C’est vraiment un réflexe très courant. On vit à I'heure du relativisme. Sous prétexte que la situation n’est pas parfaite en France — et je ne le nie pas — nous n’aurions pas le droit de critiquer, ou même de rendre compte, d’événements négatifs se déroulant ici !

LCDR : Comment réagissez-vous à ces critiques ?

L.M. : Au quotidien, et c’est valable pour bien d’autres pays, on parle toujours des catastrophes, des guerres, crimes, ortures, attentats, ou des menaces du grand méchant Poutine. II est vrai que dans le cas de la Russie — qui s'est métamorphosée durant ces dernières années — cela finit par déformer l'image du pays. (1) Alors, dès que j'ai le temps de lancer un papier plus « magazine », j'essaie de privilégier des sujets « positifs » montrant les transformations plus heureuses du pays. C'est aussi la raison pour laquelle j'ai écrit un livre, La Russie nouvelle2.

F.N-L. : Je suis arrivé en Russie il у a trois ans, avec un regard neuf sur ce pays. Je n’étais ni soviétologue, ni kremlinologue. Sensible aux critiques des lecteurs, je souhaitais moi-même me défaire des idées reçues. Mais force est de constater que j’ai été, comme mes collègues, rattrapé par une actualité dure : le meurtre d’Anna Politkovskaïa, les expulsions de Géorgiens à la faveur des premières tensions entre Moscou et Tbilissi, l’empoisonnement d’Alexandre Litvinenko, une kyrielle de crimes racistes, l’assassinat du numéro deux de la banque centrale, sans parler de la guerre de cet été. En tant que journaliste, je suis obligé de rapporter ces faits et, pendant que je fais cela, je n’ai ni le temps, ni l’espace dans mon journal, pour traiter des sujets de société. (2)

LCDR : En tant que journalistes, vous sen-tez-vous menacés ici ?

L.M. : Travailler en Russie m'a fait réaliser qu'il existe des sujets dangereux à fouiller. Les risques sont réels et l'intimidation fonctionne très bien aussi. Les défenseurs du régime peuvent plastronner : beaucoup de crimes et malversations restent tranquillement enfouis, tandis que les journalistes optent pour des sujets plus faciles à traiter.

F.N-L. : Les journalistes russes sont bien plus exposés que nous. Je ne suis pas inquiet pour moi-même, mais cet assassinat ne me rend pas optimiste sur l’avenir de ce pays.
Le discours est bien "synchro" il y a toutefois un petit "oubli" dans les commentaires ce que l'on vous "reproche" c'est de ne pas elargir vos articles sur la Russie.
Les problemes en Russie? Oui ils existent et contrairement a beaucoups de vos articles oui ces problemes sont bel et bien abordes par les medias locaux.
Pouvez vous expliquez ces photos de magasins vides en octobre?
Pouvez vous expliquez ces "mensonges" ou "mensonges par omissions" dans les articles? Sans revenir au conflit d'aout 2008, il suffit de voir la couverture de la crise.
Pouvez vous expliquez pourquoi en 2009, lorsque des "francais" arrivent en Russie pour la premiere fois ils decouvrent une autre realite, beaucoup plus large que la vision etriquee proposee par nos medias?
Il suffit de relire les titres pour voir l'image qui est donnee de la Russie.
Image "demandee" par les redactions?
Le doute est plus que permis lorsque l'on voit les coupes ou les erreurs faites "a Paris" dans vos articles...
-------------------------------------------------------------------------------
1-
II est vrai que dans le cas de la Russie — qui s'est métamorphosée durant ces dernières années — cela finit par déformer l'image du pays.
N'est ce pas ce que nous essayons de vous faire comprendre?
Mais a la lecture de votre livre vous le comprennez parfaitement et vous etes "capable" d'elargir votre vision,
Donc qui vous oblige a porter des oeilleres?
2-
En tant que journaliste, je suis obligé de rapporter ces faits et, pendant que je fais cela, je n’ai ni le temps, ni l’espace dans mon journal, pour traiter des sujets de société.
Moyen comme excuse... Si le journal manque "d'espace" il reste le blog non?

Vivre Enrussie
Admin

Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Les correspondants français s’expliquent"

Message  Invité le Mar 14 Avr 2009 - 21:38

L'analyse sur la durée des relations diplomatiques et militaires entre l'Occident et la Russie montre que la Russie n'est plus vraiment l'allié qu'elle fut durant la période eltsienne. Depuis l'arrivée au pouvoir de Poutine, le pays est passé du statut d'allié inoffensif à celui d'ennemi potentiel, du moins de celui qui ne se pliera plus aux diktas de l'Otan et de l'UE.
En conséquence, quoiqu'il puisse arriver en Russie, il est préférable et plus aisé, pour les journalistes en poste dans ce pays, de présenter la situation la plus critique que d'avoir à expliquer que simultanément aux défauts de ce pays il existe aussi des points dont l"Occident pourrait s'inspirer ou même de présenter, dans un esprit d'équité, le point de vue russe, quand l'analyse faite à l'Ouest diverge avec celle de la Russie. En agissant ainsi, ils confortent l'idée que la Russie reste le méchant et cela en pleine conformité avec les orientations stratégiques de l'Otan et de l'EU, notamment de ces plus récents membres : les armes otanniennes restent toujours dirigées vers la Russie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum